Concours photos du Centenaire de l’ORT France

24 novembre 2020

                                  Le projet Sténopé réalisé avec les élèves de Première 

                                     du lycée ORT Strasbourg (Option facultative en Arts plastiques)

9 élèves de Première en option facultative en Arts plastiques, emmenés par leur professeure, Christine Schall-Pascoët, ont réalisé un travail photographique en atelier pour le concours photo du Centenaire de l’ORT France durant le mois de novembre.

« C’est parce que la technique du sténopé permet de saisir une ambiance plutôt qu’un instant dans la vie des lycéens que j’ai proposé en participation au concours photos du Centenaire de l’ORT France, un atelier artistique. L’univers onirique fantastique qui s’est dégagé des prises de vues en sténopé a incité les élèves à explorer le thème du fantastique… »  souligne Christine Schall-Pascoët.

L’image du sténopé se caractérise par une forme évanescente, une perspective fuyante, une tonalité douce et une texture brumeuse. L’image produite est arrondie et légèrement déformée jouant d’un effet de surprise. Les personnages et les bâtiments fantômes laissent place à des formes plutôt aléatoires que réalistes. Ainsi le style Art nouveau du lycée ORT avec ses lycéens masqués, mesures sanitaires obligent, transfigurées par leurs photos, a immédiatement évoqué dans l’imaginaire des élèves, le château de Pudlar de Harry Potter ou des romans fantastiques, des nouvelles d’Edgar Alan Poe.

Ce travail collectif mené en autonome pendant quelques semaines par les élèves, partant faire leur sténopé dans le lycée durant leurs heures de liberté ou pendant la récréation quand la lumière est encore vive, leur a apporté un regard nouveau sur un lieu familier et valorisé leurs camarades, les bâtiments et les espace de vie. 

L’aventure, vécue comme une découverte, a été pour tous passionnante, étonnante et originale, précise leur professeure.

Le sténopé est un dispositif optique simple dérivé de la caméra oscura, leur a permis de photographier une scène à partir d’une boite en carton fabriquée par chacun, peinte à l’intérieur en noir et percée d’un trou de faible diamètre.

La feuille de papier photo est glissée dans la boite avec un temps de pose de 10 à 20 secondes, variable en fonction de la lumière, permet à l’image de se former sur la plaque photosensible aux sels d’argent qui s’oxyde à la lumière.

Les élèves ont développé leurs images en chambre noire puis les ont retravaillées et colorisées avec un filtre photo, grâce à un logiciel d’image. Les photos les plus intéressantes ont ensuite  été sélectionnées et envoyées à Paris.

Notre mission est de permettre au plus grand nombre
d'accéder à un emploi digne et reconnu.
image/svg+xml
Lycée 4.0
map-markermobilechevron-left
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram