1er Prix Catégorie lycées et Prix Coup de Cœur du jury au concours de l’ENSAS pour deux élèves de première de l’ORT Strasbourg

Deux élèves de 1ère STMG inscrites à l'Option Arts plastiques ont été primées samedi 14 mai à l'ENSAS (Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Strasbourg).

Elles ont réalisé avec leur professeur, Christine Schall-Pascoet et le soutien d'un architecte-intervenant, une maquette pour le Jeu-Concours organisé par la MEA (Maison Européenne d'Architecture) sur le thème du réchauffement climatique : "Ça chauffe, on construit cool" :

Les élèves ont reçu en tant que lauréates et pour leur participation, de jolis tote bags garnis de carnets de croquis et d'outils techniques à dessin.

Bravo à Elisa et Mathilde pour leurs efforts et la persévérance dans un exercice, nouveau pour elle : la maquette d'architecture !

Les projets et maquettes de tous les établissements participant sont exposés dans le Hall de l'ENSAS jusque début Juin, l'entrée est libre aux heures d'ouverture de l'école.

L’ORT Strasbourg invité au voyage marquant les 30 ans du jumelage de la ville de Strasbourg et de Ramat Gan en Israël

L’ORT Strasbourg a été invité à participer, du 17 au 20 mai,  au voyage marquant les 30 ans du jumelage de la ville de Strasbourg et celle de Ramat Gan en Israël, aux côtés de la maire de la ville, Jeanne Barseghian, de l’exécutif de la Mairie et de la délégation du FSJU. C’est Karen Bloch, professeure de SVT qui a représenté notre établissement. Le voyage était placé sous le signe de l’innovation écologique et du développement durable.

Du 17 au 20 Mai 2022, la délégation de la ville de Strasbourg est partie en voyage d’étude en Israël à l’occasion des trente ans de jumelage entre Strasbourg et Ramat Gan. La thématique choisie cette année était Innovations Ecologiques et à cette occasion le Fonds social juif unifié FSJU, son président régional Jacques Hess et le directeur régional Laurent Gradwhol ont organisé un magnifique programme alliant des visites de start-ups, des visites protocolaires ou bien encore des visites de sites culturels ou mémoriels.

La délégation Strasbourgeoise était constituée de la Maire Jeanne Barsaghian (EELV), ses trois adjoints Suzanne Brolly (en charge de la ville résiliente), Marc Hoffssess (chargé de la transition écologique), Véronique Bertholl (chargée des relations internationales) ainsi que la chargée de mission des relations internationales Michèle Henry et la Cheffe de Cabinet Anya Dahmani. Pour représenter la CEA il y avait Jean-philippe Vetter (délégué à l’environnement) Martine Dietrich (conseillère au dialogue interreligieux) et Marie-France Vallat (vice-présidente de la communication aux énergies renouvelables). L’ABRAPA était présente avec Patricia Lerch, Alain Hugues, Mélissa Fish et Yolaine Richard. L’ORT Strasbourg était représenté par Karen Bloch. La Journaliste de Radio judaica Strasbourg Valérie Vial était présente pour couvrir l’évènement. Le FSJU était représenté par Laurent Gradwhol (directeur régional), Jacques Hess (président régional) et Brigitte Hess et a fait appel à différents partenaires tels que Israel expérience, FSJU France et FSJU Israël. David Ohnona a été remarquable en assurant à la fois la fonction de guide et traducteur tout au long du séjour à Yaffo, la vieille ville de Jérusalem et Yad vashem.

Le séjour a débuté par une soirée gala sur le Rooftop de la mairie à Tel-Aviv avec le maire Carmel Shama-Hacohen. Les homologues ont pu échanger longuement sur les projets de leurs villes respectives.

La start-up Vertical Fields Urban Farm réalise une agriculture verticale qui réduit considérablement le besoin de place ou d’eau pour réaliser des cultures de 1000 m2 en conteneurs. C’est de l’agriculture compacte en circuit bio très court. Il n’y a plus de contraintes de terrain ni de saison.

Criaterra est une start-up entièrement féminine ayant pour thème la construction de matériaux durables. C’est une alternative au béton. Les matériaux sont résistants écologiques et esthétiques, les membres de la délégation ont pu suivre les étapes allant de l’élaboration des matériaux à la cuisson puis la découpe et la teinture des briques biodégradables. Il y a actuellement des salles de bains tests et pour le moment tout résiste parfaitement.

Au centre commercial Dizengoff à Tel-Aviv, les dirigeants ont décidé de pallier l’émission de gaz à effet de serre due à l’ensemble de l’activité commerciale en la compensant par diverses actions écologiques. Les cartons sont donc triés recyclés et revendus. Sur le toit, il y a des ruches mais également des serres innovantes et l’aquaponie est pratiquée. Les élèves des écoles ou des centres aérés viennent s’occuper du potager. Au sous-sol, on trouve un écosystème avec des chauves-souris qui ont un régime frugivore, on y réalise à la fois un compostage en anaérobie et en aérobie.

L’établissement scolaire Mihal se trouve dans un quartier défavorisé et présente la particularité d’avoir un toit végétalisé. Les classes comportent des baies vitrées transparentes et l’organisation des tables en forme de pétales est innovante. Le cadre est très agréable.  Sur le toit les élèves font pousser des légumes, apprennent et comprennent les bienfaits d’une alimentation équilibrée sans pesticide et bonne à la fois pour la santé et la planète. ORT Strasbourg pourra trouver dans ces divers projets une inspiration pour continuer à faire évoluer les actions mises en place par l’établissement dans le cadre du projet E3D. (Etablissement en démarche globale de développement durable).

La visite de l’hopital Hadassa à Jérusalem avec 3000 lits pour 5000 médecins a pu mettre en relief la cohabitation entre les médecins israéliens et arabes. Dans la synagogue il y a de merveilleux vitraux de Chagall.

Entre les visites diverses d’entrepreneurs ont été intercalées des visites protocolaires. Ainsi la journée du mercredi a débuté avec un entretien avec Madame la Ministre israélienne en charge de l’environnement Tamar Zandberg ; elle a pu expliquer sa politique de développement des transports et sa gestion de la transition écologique.

 L’après-midi, lors de la visite à l’Ambassade de France son excellence l’Ambassadeur Eric Danon a pu expliquer la réalité de la vie en Israël. L’échange a été passionnant et a porté plus particulièrement sur le rôle diplomatique de Strasbourg et du rôle essentiel qu’il joue auprès des Français établis en Israël.

Le jeudi matin la délégation Strasbourgeoise a pu rencontrer les acteurs locaux dans le domaine du Sport et a eu l’occasion d’échanger avec Amir Gissin vice-président de Maccabi. Le professeur Michel a évoqué les traitements et les recherches dans le domaine de la santé de l’Alzheimer. Pour finir les représentants du mouvement de jeunesse nous ont présenté leurs actions. L’ensemble de la délégation est reparti enchantée et reconnaissante vis-à-vis du FSJU. Israël est un beau pays ouvert, créatif, innovant et tourné vers l’avenir. L’ensemble des visites des start-ups et des échanges avec les intervenants ont permis de voir qu’il y a de nombreux points sur lesquels les villes peuvent échanger et s’apporter mutuellement. Rendez-vous est donné pour que la délégation de Ramat Gan vienne à Strasbourg très prochainement.

La troupe de théâtre de l’ORT Strasbourg dans « Les coulisses du Songe »

45 élèves et étudiants, provenant de toutes les sections du lycée ORT de Strasbourg, soit près de 10% de l’effectif de l’établissement, ont donné trois représentations théâtrales, fruits de plusieurs mois de travail sous la direction  de Lionel Courtot, auteur et metteur en scène, qui depuis 6 années s’attèle à promouvoir avec brio le spectacle vivant dans l’établissement, il a été secondé pour l’occasion par la comédienne Morgane George.

C’est un spectacle intense et riche en couleurs, Un véritable florilège de scènes et saynètes, adaptation de textes classiques et d’auteurs contemporains, qui a été donné sous le titre générique et évocateur « Les coulisses du Songe ».


Cet ensemble de pièces articulées les unes aux autres a constitué un véritable chapelet où le ridicule des situations les plus banales, les non-sens et les contre-sens, la fantaisie, la distraction, les jeux de mots, les mises en boite et la distanciation par rapport au vécu quotidien des jeunes… se sont télescopés au grand bonheur des spectateurs et des acteurs issus des classes de Seconde passerelle et de Seconde, qui visiblement avaient pris un grand plaisir à monter sur scène ; mais c’est l’hommage aux classiques, célébration du 4ème centenaire de la disparition de Molière oblige puis William Shakespeare, qui ont constitué le sommet de la représentation.

C’est Le malade imaginaire, dernière œuvre dramatique et comédie ballet de Molière, l’auteur favori de Louis XIV, qui a retenu l’attention du metteur en scène : Diafoirus, Toinette, Argan ou Cleante, incarnés par les élèves de Première, ont présenté et interprété avec brio, la scène sur la satyre de la mort et la critique des médecins.

Le Songe d’une nuit d’été de Shakespeare, a été interprété par des étudiants de DNMADE qui ont incarné Lysandre, Hermia, Demetrius et Hellena avec un talent affirmé. Hymne baroque et féérique au pouvoir de l’amour et de l’imagination, les différents extraits ont engagé la troupe sur un crescendo d’intensité et d’interprétation durant plus d’une heure trente. Les acteurs, dont certains ont impressionné le public, ont mêlé lors de ces différentes scènes, le comique, le burlesque, l’imaginaire, l’absurde et le facétieux à la fois… Quant à la mise en abîme finale, Les coulisses, véritable ode au théâtre, écrite et mise en scène par Lionel Courtot, un métathéâtre (déjà présent au XVIIème siècle dans L’Ecole des Femmes et les Fourberies de Scapin de Molière), elle a proposé une véritable réflexion sur le théâtre comme outil d’épanouissement, d’enrichissement et de développement personnel.

Le caractère positif de l’atelier théâtre et du spectacle vivant en général, ouvre incontestablement les jeunes à l’altérité, c’est-à-dire à la complexité des êtres et du monde aussi.

Après le défilé de mode des étudiants de la filière DNMADE au Gabion en Avril dernier suivi de l’exposition de peinture des enseignants et des étudiants sur les cimaises du musée Paso de Drusenheim début mai, c’est la troupe de théâtre de l’ORT Strasbourg, qui était à l’honneur le mercredi 25 mai.

L’offre des options facultatives ainsi que les enseignements artistiques à l’ORT Strasbourg, comme a pu le souligner le directeur, Gabriel Guigui, touchent une diversité de matières et de formes d’expression : les arts plastiques et l’histoire des arts, les arts appliqués, la mode, l’édition, le cinéma et l’audiovisuel, le théâtre… Tous ces enseignements poursuivent des objectifs complémentaires : à la fois transmettre une culture et développer les pratiques des élèves mais aussi entretenir de nombreux liens transversaux avec les autres domaines d’apprentissage. La réforme du lycée a élargi le champ des disciplines proposées à partir de la seconde en particulier dans les domaines artistiques.

L’atelier théâtre, dont c’était la sixième prestation après deux années d’interruption dues à la pandémie, en est une belle illustration, l’épreuve de la scène a été réussie avec brio. Bravo à tous les participants et bon vent à l’atelier théâtre !

Richard Aboaf

Conférence du Docteur Roger Wolff à l’ORT Strasbourg sur les thèmes : « L’humanitaire entretient-il la misère ?! » et retour d’expérience en Syrie et en Ukraine

Le mardi 24 mai, le Dr Roger Wolff, qui participe à des missions humanitaires depuis 1980 au Proche Orient, en Asie du Sud-Est et en Afrique équatoriale, est intervenu à l’ORT Strasbourg auprès des élèves de Première STMG pour aborder le problème de l’Humanitaire dans le monde et ses répercussions sur les populations rencontrées.

Chirurgien-dentiste, pilote d’avion, sophrologue, acteur de théâtre (il a même été reçu au difficile concours du Théâtre National de Strasbourg) et humanitaire depuis 43 ans, le docteur Wolff a effectué plus d’une vingtaine de missions humanitaires depuis 1980 et a cultivé l’art de s’affranchir des frontières et des idéologies pour venir en aide aux populations en difficulté sur plusieurs continents, populations déplacées  de force, victimes de conflits ou populations en urgence sanitaire…

En 1980, au moment de la vague d’immigration des Boat People, consécutive à la guerre du Vietnam, il engage une collecte de fond auprès de la communauté juive de Strasbourg, « ce fut le début de mon engagement dans l’Humanitaire… La suite a pris une ampleur qui m’a dépassée » a-t-il dit.

Il est intervenu, parfois à plusieurs reprises, au Cambodge, en Thaïlande, au Laos, au Tchad, en Guinée, en Côte d’Ivoire, au Maroc, au Kossovo, en Afghanistan, à la frontière israélo-syrienne, en Syrie et en Ukraine dernièrement… Sur ces terrains d’opération, Il soigne, conseille des ONG, forme des professionnels de santé (dernièrement des casques blancs et des infirmiers syriens…)

L’intervention, illustrée par un film et des photos prises sur différents terrains d’opération, a captivé les élèves de Première STMG, qui ne s’attendaient pas un exposé d’une telle densité. Les questions qui ont été soulevées ont porté sur les différentes missions du docteur Roger Wolff, sur les risques et les dangers encourus par les bénévoles, sur l’adaptation de l'humanitaire aujourd’hui, sur les objectifs des promoteurs de l'humanitaire, sur l’aide au développement, sur les relations entre les différents pays concernés, sur le bénévolat des humanitaires et sur la philosophie de leur engagement… Cette intervention, fort instructive et émouvante à la fois, a sensibilisé les jeunes aux difficultés, aux enjeux et à la philosophie de l’Humanitaire.

Les élèvent de Première STI2D visitent l’entreprise MERCK à Molsheim

Dans le cadre de leur enseignement, les élèves de première STI2D du lycée ORT STRASBOURG ont été accueillis par les responsables de la communication de l’entreprise MERCK à Molsheim.

L’unité bas-rhinoise fait partie du pôle Sciences de la vie  du Groupe Merck. Ces activités sont dédiées à la fabrication et à l’assemblage de produits destinés aux procédés de fabrication et de contrôle de systèmes et de solutions pharmaceutiques.

Après un déplacement en train vers Molsheim, les élèves de Première STI2D ont été accueillis avec leurs professeurs Justine Isenbrandt et Denis Tutino, dans la salle de formation de l’entreprise. Monsieur Pracht a présenté les différents domaines et métiers d’une telle entreprise dont les besoins en compétences et qualifications sont grandissants. La visite comportait à la fois une dimension scientifique, biologique, technique et industrielle, ce qui l’a rendu très riche et intéressante pour les élèves. Le but de cette visite, était de découvrir une organisation industrielle ceci dans le cadre de l’orientation post-baccalauréat.

Les enseignants souhaitent remercier Nicolas Pracht, élève de première STI2D et qui a contribué à la réussite de cette visite.

Un vernissage haut en couleur à l’Espace d’Art PASO du Pôle culturel de Drusenheim

Près de 300 personnes se sont données rendez-vous le dimanche soir 8 mai pour  un vernissage inédit  à l’Espace d’Art PASO du Pôle culturel de Drusenheim.

C’est une exposition qui a réuni 15 artistes plasticiens confirmés et reconnus sur Strasbourg, dans la région et au-delà pour certains, des étudiants de DNMADE* de l’ORT Strasbourg ainsi que des élèves de 4ème du Collège du Rhin de Drusenheim. Le dénominateur commun de ces artistes confirmés ou en herbe était le thème 2022 du Printemps de l’Écriture de l’Académie de Strasbourg : « Feuille-s ».

Cette exposition a réuni des plasticiens, peintres, sculpteurs, céramistes et photographes sur le thème « Feuille-s ».  C’est une multitude d’éclosions qui a été proposée au public, une éclosion des sensibilités, des regards, des approches et des techniques ; une quarantaine d’œuvres ont été accrochées aux cimaises de l’Espace d’art PASO, elles pourront être appréciées jusqu’à la fin du mois de mai.

Et puis le projet éducatif, second volet de cette présentation, a permis de montrer le travail des étudiants de DNMADE de l’ORT qui ont réalisé sous la houlette de leur professeure d’expression plastique, Christine Schall-Pascoet, une installation faite de 400 feuilles de céramique aux couleurs toutes différentes,  les élèves de la classe de 4ème du Collège du Rhin de Drusenheim ont quant à eux proposé un très bel ensemble de maquettes issues de livres irrigués de leur imagination fertile et réalisées sous la direction de leur professeure Sophie Richert. L’opportunité offerte par le sujet 2022 du Printemps de l’Écriture « Feuille-s » a été non seulement saisie par nos artistes en herbe mais déployée avec brio, maitrise et talent.

De nombreuses personnalités ont assisté à ce vernissage présidé par Michel Klein, adjoint à la culture et Anne-France Boissenin, directrice du Pôle culturel :  Mme Anne Sander, députée européenne, conseillère régionale région Grand Est représentant le président Jean Rottner, M Michel Lorentz, Conseiller de la Collectivité Européenne d’Alsace représentant le président Frédéric Bierry, les adjoints et conseillers municipaux de Drusenheim, M Claude Maxime Weil, Président et les membres du comité de l’ORT Strasbourg, M Thierry Roos, vice-président du Consistoire israélite du Bas-Rhin, M Gabriel Guigui, Proviseur de l’ORT Strasbourg, M Richard Aboaf, Chargé de l’action culturelle de l’ORT et artiste plasticien,  Mme Valeria Mariotti, principale du Collège du Rhin,  M Gerdy Dreyer, directeur du musée du Sonnenhof, M Parvis Rustamov et Mme Meryvan  Ovschuyeva, de la délégation d’Azerbaïdjan auprès du Conseil de l’Europe étaient également présents à ce vernissage.

Les différentes personnalités qui ont pris la parole ont salué les exposants, jeunes et moins jeunes, souligné le renforcement du partenariat du Pôle culturel avec l’ORT Strasbourg et les structures éducatives voisines et relevé les collaborations saillantes engagées depuis des années de part et d’autre du Rhin, encouragé ces derniers mois et semaines par un retour massif du public aux spectacles et aux expositions.

Les visiteurs pourront voir cette exposition temporaire « Feuille-s » jusqu’au 25 mai et profiter de leur passage pour découvrir aussi le nouvel accrochage des œuvre de l’artiste PASO dans le musée.

Ont participé à cette exposition les artistes plasticiens suivants : Richard Aboaf, Fredj Cohen, Michel Giesi, Miglena Jivkova, Dorothée Jost, Célia Lavillle, Madani, Aimée Piotrkowski, Régine Reymann, Thierry Roos, Christine Schall-Pascoët, Pascal Stutz, Frédéric Schwoertztig et Valérie Etter.

En 1987, afin de donner aux élèves le goût de lire et l’envie d’écrire, l’Académie de Strasbourg et la Direction Régionale des Affaires Culturelles d'Alsace ont créé le Printemps de l’Écriture. De nombreux partenaires se sont très vite associés à cette volonté de promouvoir ce projet dans l’Académie, comme les Dernières Nouvelles d’Alsace, les Bibliothèques et les Librairies de la région, les musées, le réseau Canopé, l’Alliance française de Strasbourg… Le projet est ouvert à toutes les classes, de la maternelle aux classes post Baccalauréat. (Plus de 60 000 jeunes y ont participé cette année 2021-2022.)

À travers cette opération, il s’agit d’inciter les élèves et les enseignants à  participer au concours autour d’un thème fédérateur et des sujets adaptés aux différents niveaux et des approches variées (écriture poétique, écriture de fiction, dessin et écriture de bande dessinée, écriture en langues et cultures de l’Antiquité, écriture théâtrale, écriture en langues de l’espace du Rhin supérieur, et déclinaison dans toutes les formes de création et d’expression graphique ou picturale…

Le concours s’accompagne de diverses animations au sein des musées, les structures culturelles de la région proposent également des spectacles ou des expositions en rapport avec la thématique du concours.

Les étudiants de DNMADE de l’ORT Strasbourg de retour sur les podiums…

Mercredi 6 avril, c’est sous le signe du Printemps de l’Écriture 2022 que le défilé annuel des étudiants de la filière du DNMADE* de l’ORT Strasbourg s’est inscrit, après deux années d’interruption due à la pandémie.  Cette importante manifestation académique suscite chaque année de nombreux projets dans toute la Région Grand Est sur le sujet choisi. Pour le Printemps de l’Écriture 2022, c’est le thème « Feuille-s » qui a fédéré et fédèrera jusqu’en juin, les travaux d’écriture, de nouvelles et de poésie, de bandes dessinées, de peinture… et de création de mode.

Thème porteur aux occurrences multiples dans les arts appliqués, le sujet « Feuille-s » a suscité à l’occasion de ce défilé des pratiques croisées dans le domaine de la mode, des variations de symboles et de sens, des recherches de matière et des jeux de transfert ; il a permis d’engager le déploiement d’un vocabulaire et d’une grammaire extrêmement riche et aux références multiples.

Une fois de plus, les étudiants de l’ORT Strasbourg  qui ont retrouvé le chemin des podiums, nous ont étonné avec leurs créations, 120 ensembles surprenants au dessin, aux couleurs, aux compositions et aux matériaux inspirés de plusieurs périodes et mouvements artistiques, ont été présentés à ce véritable show dans une déclinaison symbolique autour du thème. 

Des collaborations saillantes entre l’écriture et la mode…

On connait les collaborations saillantes dans l’art, entre le dessin, le graphisme, l’écriture et la mode qui se font la courte échelle à la bourse des valeurs ajoutées, mais l’imaginaire, le foisonnement des propositions, la créativité des étudiants… se sont conjugués une fois de plus pour le plaisir des 600 spectateurs présents ce mercredi soir 6 avril au magnifique Gabion de Drusenheim au bord du Rhin à l’occasion de ce 12ème défilé de mode des étudiants de l’ORT Strasbourg.

Emmenés par tous les enseignants de la filière DNMADE dont les professeurs de créa-mode Audrey Hueber-Katz (qui malheureusement était souffrante ce soir-là) Miglena Jikova, Célia Laville, Valérie Etter, Christine Schall-Pascoët, Dorothée Jost, Emilie Graebling, Frédéric Schwoertzig, Philippe Guldner et Lionel Courtot en qualité de scénographe, soutenus également par les élèves de Candice Mack qui ont apporté leur touche à la coiffure et au maquillage des mannequins, mis en lumière par la société Harfang, les étudiants de l’ORT Strasbourg ont remporté un succès plus que mérité.

Ces défilés de mode ont une notoriété bien assise et ont déjà été présentés les précédentes années au musée Wurth France d’Erstein, à la Max Eyth Schule et à la Mairie de Stuttgart, à l’Hôtel Hilton de Strasbourg, à la grande salle l’Aubette, à la Fashion Week de Strasbourg et au Gabion sur le Rhin à Drusenheim…

Le maire de Drusenheim, Jacky Keller et toute son équipe municipale, la directrice du pôle culturel de la ville, Anne-France Boissenin, Claude-Maxime Weil,  président du Comité de l’ORT Strasbourg, Jean-Philippe Dufour IA - IPR Design et Métiers d’Art, Région académique Grand-Est, Gabriel Guigui, le proviseur de l’ORT Strasbourg, Claude Sabbah, ancien proviseur de l’établissement, Sylvie Schil!io à la gestion du projet, Richard Aboaf, Chargé de l’action culturelle et coordinateur du défilé, Vincent Lauer, David Gabay, Thomas Estève, et les enseignants de l’établissement, Gabrielle Rosner-Bloch représentant Jean Rottner, président de la Région Grand-Est, Thierry Roos, vice-président du Consistoire Israélite du Bas-Rhin, des élus des communes voisines, des conseillers municipaux et départementaux, le président de l’AMOPA, Martin Bruder, de très nombreux amis des deux structures invitantes ainsi que des partenaires et sponsors de la soirée étaient présents au Gabion de Drusenheim… 

Venus de la région Auvergne-Rhône-Alpes, de Bretagne, de la Bourgogne-Franche-Comté et de tout le Grand Est, certains parents avaient traversé la France pour saluer avec fierté le travail de leurs enfants.

Le Printemps de l’Ecriture a été institué en 1987 par l’Académie de Strasbourg et la DAAC, la Délégation académique à l’action culturelle, il est aujourd’hui élargie au Grand Est et propose chaque année un nouveau sujet à destination de toutes les classes de l’Académie, de la maternelle jusqu’aux formations post Bac.

Ce Printemps de l’Ecriture trouve chaque année une éclosion renouvelée et la voix du succès, il est couplé aux Rencontres d’écrivains, mais il accueille aussi la richesse et la variété des productions artistiques qu’il suscite à travers l’Académie de Strasbourg qui, de toute évidence, montre l’importance de ces confluences créatives et festives dans le domaine de l’écriture, du dessin, de la peinture, ou de la création de mode.

6ème partenariat entre le Pôle culturel de Drusenheim et l’ORT Strasbourg

Le défilé de mode des étudiants de l’ORT Strasbourg, 6ème partenariat du genre avec le Pôle culturel et la mairie de Drusenheim se poursuivra le dimanche 8 mai par une exposition de peintures, de sculptures, céramiques et photographies à l’Espace d’Art Paso de la ville.

Cette manifestation culturelle est la 34ème édition du genre, elle a été initiée par l’Académie de Strasbourg et la DRAC Alsace, aujourd’hui direction régionale des affaires culturelles du Grand Est.    

Le Printemps de l’Ecriture a mobilisé cette année de très nombreux partenaires : Les librairies et les bibliothèques d’Alsace, les pôles culturels, l’ensemble des musées de Strasbourg ainsi que l’Oeuvre Notre Dame, ont ouverts leur porte sur le thème  « Feuille-s » à cette occasion.

La proposition académique a permis aux jeunes de déployer leur créativité à travers un projet qui exerce les savoirs faire, les compétences acquises, les savoirs être aussi.  La création de mode est une forme d’écriture plastique, narrative et poétique, c’est un exercice passionnant tissé de créativité, de rencontres, de découvertes, d’expériences et d’échanges, ces confluences créatives et festives demeurent essentielle dans la vie des établissements de l’Académie.

Richard Aboaf *Le DNMADE, Diplôme National des Métiers d’Art et du Design, est un nouveau diplôme valant grade de licence, il est sous tutelle universitaire, comme l’a souligné l’Inspecteur d’Académie, Jean-Philippe Dufour ; c’est une formation exigeante et de haut niveau, qui requiert des compétences certaines, de la motivation et un penchant affirmé pour la création. A l’ORT Strasbourg, deux parcours sont proposés, le Parcours Mode-Editorial et le Parcours Mode-Textiles et Matériaux.

Les élèves de l’ORT STRASBOURG, solidaires avec l’ORT UKRAINE

Le conflit en Ukraine et l'appel lancé par l'ORT France Help Ukraine au profit des 11 écoles ORT implantées dans les villes de Kiev, Odessa, Marioupol, Kharkov, Lviv, Kherson... a recueilli un écho solidaire auprès de nos élèves au lycée ORT de Strasbourg... Près de 1200 € de bénéfices pour cette action humanitaire ont été récoltés par nos élèves qui ont proposé des boîtes de chocolat à la vente aux enseignants et parents d'élèves. 

L’ORT est un réseau mondial qui prône les mêmes valeurs partout dans le monde, des valeurs universelles de tolérance, de solidarité, de fraternité, en un mot des valeurs d’Humanisme bien au-delà de l’acquisition des savoirs qui conjugue aussi le respect des autres et une véritable éthique de vie.

En l'espace de quelques jours les élèves se sont mobilisés pour réaliser les affiches et des flyers et vendre des ballotins de chocolats pour récolter de l’argent.

Le comité de pilotage assuré par Mesdames Karen Bloch, Gisèle Guillot, Corinne Haenel et Isabelle Moro, soutenu par la direction et l’ensemble du staff de l’ORT Strasbourg a contribué à faire de ce projet une réussite sur le plan pédagogique et solidaire. 

Les élèves, Thomas Rochel de Terminale STI2D, Emma Richert de Seconde GT3 et Raphael Waelde de Seconde GT3 ont piloté ce défi avec le soutien de leurs camarades de classe. La direction a décidé de les récompenser pour leur investissement. Un second projet piloté par Madame Eva Riveline a proposé aux étudiants de l’ORT de réaliser des dessins et des poèmes ainsi que des petites vidéos de solidarité avec les élèves des écoles de l’ORT Ukraine.

Les étudiants de DNMADE de l'ORT Strasbourg au salon Première vision à Paris

Jeudi 10 février, les étudiants de DNMADE en 2ème année, parcours textile, se sont rendu au salon Première Vision à la Maison de la Mutualité à Paris avec leur professeur Floriane Schmitt.

Ce salon, Créé en 1973 par une quinzaine d’acteurs lyonnais de l’industrie de la soie, Première Vision a inventé une plateforme d’échanges mondiaux inédite pour l’industrie de la mode créative : elle rassemble sur un salon des industriels de la filière mode et textiles désireux de collaborer pour faire connaître leurs savoir-faire et développer leurs opportunités. Après 45 ans d’histoire, cette pépite française s’affirme comme le leader mondial de l’organisation d’événements et de salons sur le marché de la mode créative avec 14 manifestations par an qui totalisent plus de 180 000 visiteurs internationaux autour de 5 200 acteurs majeurs de la filière.

Première Vision Paris relève chaque saison le défi de réunir en un même lieu toutes les ressources nécessaires pour bâtir les collections de prêt-à-porter, de maroquinerie, de chaussures et de bijoux fantaisies les plus pointues du marché.

Nourrir, inspirer, décrypter les tendances pour les professionnels de la mode, pour tous les acteurs ou futurs acteurs de la filière, créateurs, stylistes, dirigeants et étudiants dans les différents domaines de la mode, saisir la création à sa source, connecter les acteurs du marché de manière physique et digitale, nourrir la réflexion des professionnels sur les enjeux de leur industrie dans les domaines de l’éco-responsabilité et la fashion-tech, formation, accompagnement de la jeune création… font de ce salon une plateforme d’échanges et de découverte inédites que nos étudiants de DNMADE ont apprécié avec beaucoup  de curiosité, d’intérêt et d’enthousiasme.